Comptes-rendus des réunions | Ville de Case-Pilote

  • 09 Oct 2018

Réunion citoyenne pour le titre mondial de Réserve de Biosphère, ville de Case-Pilote

 

L’église de Case Pilote, la pêche côtière, le miel, l’agriculture raisonnée… voici quelques atouts que les pilotains ont mis en avant lors de la réunion territoriale « Martinique Biosphère » qui s’est tenue dans leur commune la semaine dernière.

Jeudi 4 Octobre, le public, composé d’habitants et de visiteurs, avait répondu présent. Une première à noter : la participation de jeunes désireux de s’informer et coopérer à cette démarche.

Portée par l’association Martinique Réserve de Biosphère, cette candidature a pour but de valoriser internationalement la Martinique, en conservant et valorisant la diversité biologique et culturelle ; promouvant et valorisant les savoir-faire, produits et services dans le cadre d’un développement responsable ; encourageant et valorisant la recherche scientifique et l’éducation environnementale. Valoriser est bien le maître mot de ce projet collectif et fédérateur.

Monseigneur Macaire, natif de Case-Pilote et l’un des 18 membres fondateurs de l’association, n’avait pu se joindre au public, en raison de sa participation au synode des Evêques à Rome. Mais son engagement en faveur de cette candidature destinée à valoriser nos trésors et les habitants de la Martinique a inspiré chacun lors des différents ateliers participatifs. En effet, la démarche est ici de co-construire avec toutes les communes et les acteurs du territoire.

Quatre ateliers participatifs ont ainsi abordé les richesses culturelles, les richesses naturelles, les savoir-faire, produits et activités liées au développement durable et les activités de recherche et éducation à l’environnement.  Au sein de chaque atelier, les Pilotins ont dressé la liste des atouts de leur commune et de la Martinique. Certains ont proposé des actions à mettre en place pour valoriser ces atouts et d’autres ont abordé les menaces pesant sur les richesses naturelles de notre île.

L’église de Case-Pilote, l’une des plus anciennes églises de Martinique, la production de miel local, la pêche traditionnelle côtière et les espaces agricoles raisonnés ont été mis en avant. Tout comme le Projet Watty (projet de sensibilisation à la maîtrise de l’énergie auprès des enfants) ou encore la diversité de la faune et de la flore de Martinique grâce à ses différents microclimats.

De nombreuses propositions d’actions ont été partagées comme le développement de la filière cacao, la mise en place de village an tan lontan mensuel à Case-Pilote, la recherche sur l’émergence des maladies infectieuses (zika, chikungunya) et sur les changements climatiques. Les participants ont rappelé les menaces auxquels ils sont confrontés : activités anthropiques non raisonnées, pollutions, dégradations, érosion. Leur engagement a démontré que solutions et idées ne manquaient pas. Les données collectées seront réintégrées dans une synthèse et permettront de co-construire les premiers éléments de candidature de la Martinique au titre mondial de Réserve de Biosphère attribué par l’UNESCO.

La prochaine réunion territoriale « Martinique Biosphère » aura lieu à la mairie du Morne-Vert le 18 octobre  à 17h. Elle est ouverte à tous les citoyens.