La Martinique sous les projecteurs de l’UNESCO

  • 31 Mai 2019

Communiqué Martinique Réserve de Biosphère

 

La Martinique sous les projecteurs de l’UNESCO

 

En 2018, la Martinique a entamé une procédure de candidature vers le titre mondial de Réserve de Biosphère attribué par le Programme Homme et Biosphère de l’UNESCO (Man and the Biosphere – MAB).

Ce Programme, l’un des plus anciens de l’UNESCO, rassemble, au sein d’un réseau mondial, les territoires engagés dans une démarche de développement économique et social durable, tout en préservant leurs richesses naturelles et culturelles.

Par ailleurs, la Martinique est engagée dans deux autres candidatures prestigieuses qui lui permettent d’attirer vers elle les projecteurs de l’UNESCO :

  • L’une au titre de Patrimoine mondial de l’UNESCO pour 2 sites de son territoire : les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord.
  • L’autre au titre de Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO pour la yole ronde.

Ces trois reconnaissances de l’UNESCO servent des objectifs différents et complémentaires.

Dans le cas du Patrimoine mondial, il s’agit d’assurer ou de renforcer la protection d’un bien dont la valeur universelle et exceptionnelle est reconnue.

Dans le cas du Patrimoine culturel immatériel, il s’agit de sauvegarder des savoir-faire particuliers en vue de reconnaître une pratique culturelle immatérielle spécifique.

Enfin, dans le cas de la Réserve de Biosphère, l’objectif est d’associer tous les acteurs à une démarche de développement durable et de valorisation naturelle et culturelle du territoire.

Pour la Martinique, les trois projets s’enrichissent, se complètent et se renforcent mutuellement pour servir le développement et l’attractivité de notre île.

Souvent un site du Patrimoine mondial est intégré dans une Réserve de Biosphère. Dans la Caraïbe, c’est le cas, entre autres, de Cuba, la République dominicaine et Saint Kitts et Nevis.

Cette triple démarche de la Martinique à une reconnaissance mondiale auprès de l’UNESCO est une chance à saisir pour notre territoire, et Martinique Réserve de Biosphère ne peut que s’en réjouir.