Compte-rendu des réunions | Ville de Ducos

  • 15 Juil 2019

Réunion citoyenne pour le titre mondial de Réserve de Biosphère, ville de Ducos

 

 

Huit communes s’apprêtent à nous accueillir durant ce mois de juillet pour présenter et co-construire avec les habitants la candidature de la Martinique au titre mondial de Réserve de Biosphère. La ville de Ducos fut notre première hôte ce mercredi 10 juillet. Les habitants ont été invités à la Bibliothèque de la ville pour mettre en avant les atouts de leur commune et de la Martinique, afin de construire ensemble le projet de candidature.

La Responsable du service environnement, Mme Belfan, a souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants puis Mme Renard, Adjointe au Maire, déléguée au service Environnement, a témoigné de l’engagement de M. le Maire, M. Charles-André Mencé, dans le développement durable de sa commune et de son soutien au projet de Réserve de Biosphère pour la Martinique. Enfin, la Présidente de l’association, Nathalie de Pompignan, a remercié les administrés présents avant de leur présenter l’objet de la réunion.

Le titre de Réserve de Biosphère est attribué par le comité de l’Homme et la Biosphère (MAB) de l’UNESCO. C’est un titre mondialement reconnu, qui donne accès à un réseau de coopération de 701 territoires à travers 124 pays. Il apportera à la Martinique reconnaissance, valorisation, visibilité  et attractivité car c’est un puissant levier de développement. Valoriser et fédérer sont les maîtres mots des Réserves de Biosphère, que la Présidente de l’association a présenté à travers divers exemples concrets. Les habitants ont alors été invités à se partager en quatre groupes afin de faire valoir les richesses naturelles et culturelles de la commune et de la Martinique, les savoir-faire, produits et activités liés au développement durable, et la recherche et l’éducation à l’environnement.

Richesses naturelles – Au sein de la commune, les richesses naturelles mentionnées par les habitants sont la mangrove et ses crabes, les sources d’eau, le lac de Bois Rouge, les espaces boisés et les arbres centenaires, en particulier le figuier maudit, mais aussi la pharmacopée et les sangsues pour leur usage médicinal. Sur l’île, trois sites ont été nommés : le Rocher du Diamant, la Savane des Pétrifications et les Salines. On retrouve également le littoral, les Alizés, les rivières, la terre argileuse, la faune et la flore, le fruit à pain, et les algues pour leurs diverses vertus. Dans les richesses citées on distingue donc des valeurs paysagistiques et patrimoniales, mais également économiques par l’usage de ces ressources, par exemple les énergies bleue et éolienne ou encore l’utilisation médicinale d’espèces végétales. Le lien est donc fait avec les autres thématiques traitées lors des ateliers. Concernant les menaces, les habitants ont identifié les pollutions, notamment les aménagements sauvages, le camping sauvage, le plastique, la pollution sonore, etc., mais aussi une urbanisation trop importante, la privatisation du littoral. Le principal auteur des pollutions est l’être humain et son manque de conscience. Le réchauffement climatique a également été signalé, spécialement la sécheresse, la montée des eaux et l’érosion du littoral. De même le risque sismique, la brume des sables et les sargasses. En outre, ont été dénoncé les conséquences de ces menaces : la déforestation, l’épuisement des richesses, et le déséquilibre économique.

Richesses culturelles – À Ducos, les administrés sont fiers de l’Eglise Notre-Dame de la Nativité, du Château Aubéry, du petit Château, du Centre Culturel, du Pitt Colonnette, du Marché Bokodji, du Trophée de la Caraïbe et de la Journée de vacanciers ducossais, durant laquelle activités et savoir-faire locaux sont mis en avant. L’artisanat fait également parti de leurs richesses culturelles, notamment les paniers, chapeaux, sacs et chaussures, et tout particulièrement la vannerie et ses bijoux en fibre de bakoua. En Martinique, ils ont choisi de mettre en avant les coiffes et costumes traditionnels, les rhums et liqueurs, la yole et le gommier, le tambour, l’art culinaire, les bijoux, le créole, le carnaval, les combats de coqs, les contes créoles, les chantés noël, la musique (bèlè, zouk, chouval-bwa, …), les musiciens et écrivains, le Fort Saint-Louis, et l’architecture. Les habitants aimeraient que cette culture soit valorisée en communiquant d’avantage sur les événements. Ils proposent d’alléger l’affichage publicitaire et de réhabiliter le château Aubery, de réaliser un salon de l’artisanat, créer une école de l’artisanat, mettre en avant les écrivains Martiniquais par la tenue de conférences et séminaires, ainsi que les musiciens par l’organisation d’un plus grand nombre de concerts. La mise en place de circuits touristiques autour de l’architecture martiniquaise, et l’invitation de conteurs dans les écoles ont été suggérées.

Savoir-faire, produits et activités liés au changement durable – Dans la commune, les participants ont rapporté de nombreuses actions réalisées en faveur d’un développement soutenable. L’entreprise FiBanCo valorise les feuilles de bananes; l’association ORGAPEYI promeut l’agriculture organique et paysanne, et prodigue des conseils sur l’usage des plantes médicinales ; l’association BOKODJI regroupe des producteurs vendant de manière directe des produits de qualité aux consommateurs;  la pépinière Le Monde des Végétaux détient une large variété de fruits tropicaux anciens; la plateforme Terraviva traite les boues issues des stations d’épuration et transforme les palettes de bois ; l’entreprise SYSTECO fournie des énergies renouvelables, ainsi que la Ferme Photovoltaïque ; et la Mairie s’engage lors de ses évènement en proposant des produits locaux. Côté savoir-faire, la vannerie de M. Biron et de l’Homme Coxon a été complimentée. Parmi les produits de Martinique, ont été salués le thé cultivé au Carbet et le lait du François, mais aussi la production de farine de manioc, de cacao, de chocolat, de poisson fumé, de rhum, de toloman, etc. Concernant les savoir-faire, ils ont cité la gastronomie, les costumes traditionnels, la vannerie et la yole. Enfin la Ferme de Perrine a également été congratulée.  Les actions préconisées par les habitants ont été les suivantes : développer la consommation locale, généraliser l’utilisation de produits locaux dans les réceptions municipales et politiques, revaloriser la culture du cacao et mettre en avant les activités nautiques. L’idée de créer une compétition nautique caribéenne a d’ailleurs été soumise.

Recherche et éducation à l’environnement – La ville de Ducos est fière de sensibiliser ses jeunes à la baie de Genipa et sa grande richesse floristique et faunistique, au travers de conférences en milieu scolaire et de sorties pédagogiques, et au milieu marin via des sorties en mer et des concours de dessin. D’autres actions participant à la sensibilisation du grand public ont été applaudies: le tri des déchets, l’enlèvement des VHU, le recueil des piles usagées, la lutte contre les moustiques et les campagnes sur la qualité de l’air réalisées par Madininair. En Martinique, le Carbet des Sciences, le CDST, l’Observatoire des Mornes Cadets, l’ONF et le Parc Naturel Régional, ont été nommés. Le PARM, Pôle Agroressources et de Recherche de la Martinique, a été mentionné pour son aspect innovant. Puis les participants ont proposé diverses actions : embellir les giratoires, mettre en place une plantothèque de plantes médicinales et former les habitants à leur utilisation, sensibiliser au tri sélectif et au développement durable, informer sur les progrès réalisés en fonction des efforts accomplis (responsabilisation des individus), et systématiser la récupération des eaux pluviales et la ré-utilisation de certaines eaux usées.

Mme Suzie Smeralda, 1ère Adjointe au Maire, a clôturé cette réunion en manifestant son engouement pour les ateliers participatifs réalisés et pour ce fort outil de communication que représente le titre de Réserve de Biosphère. Elle a alors remercié les membres de l’association, les habitants, et les agents de la collectivité, pour leur investissement, la qualité de leurs travaux et leur participation active.