Rencontre avec le Président du Parc Naturel Régional, M. Denis LOUIS-RÉGIS

  • 07 Déc 2020

La Présidente de l’Association, Nathalie de POMPIGNAN et les Vice-Présidents, Karine ROY-CAMILLE NICOLAS-ETIENNE et Jean-Paul JOUANELLE  ont été conviés à une réunion au siège du Parc Naturel en présence du Président du Parc, Denis LOUIS-RÉGIS et du directeur, Maurice VEILLEUR.

Il s’agissait de présenter leurs démarches respectives de labellisation mondiale auprès de l’UNESCO.  C’est donc tout naturellement que la triple démarche de la Martinique auprès de cette organisation a été abordée.

Depuis 1976, les missions du Parc Naturel Régional sont de protéger et valoriser le patrimoine naturel et culturel sur un territoire  couvrant les 2/3 de la superficie de notre île. Cet acteur majeur est engagé dans une candidature  au titre du Patrimoine Mondial pour 2 sites du territoire : les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord. Il s’agit, dans ce cadre, d’assurer ou de renforcer la protection d’un bien dont la valeur universelle et exceptionnelle est reconnue.

Deux autres reconnaissances mondiales sont en cours:

L’une au titre de Patrimoine culturel immatériel pour la Yole ronde. Il s’agit de sauvegarder des savoir-faire particuliers en vue de reconnaître une pratique culturelle immatérielle spécifique.

L’autre au titre de Réserve de Biosphère: l’objectif est là d’associer tous les acteurs de la Martinique à une démarche de développement responsable et soutenable et de valorisation des richesses naturelles et culturelles du territoire.

Ces trois candidatures prestigieuses servent des objectifs différents et complémentaires. Elles s’enrichissent, se complètent et se renforcent mutuellement pour servir le développement et l’attractivité de notre île et permettent d’attirer vers elle les projecteurs de l’UNESCO. Des projecteurs mondiaux. L’association appuie et soutient très vivement les démarches du Parc Naturel Régional et de la Yole ronde. Cette triple démarche de la Martinique à une reconnaissance mondiale auprès de l’UNESCO est une chance à saisir pour notre territoire, et Martinique Réserve de Biosphère ne peut que s’en réjouir.