Gouvernance et gestion de la Réserve mondiale de Biosphère de Martinique

Suite à ses assemblées générales ordinaire et extraordinaire le 13 janvier dernier, l’association Martinique Réserve de Biosphère devient Martinique Réserve mondiale de Biosphère.

Son objet est le suivant :

« L’association a pour objet de mettre en place la gouvernance et la gestion de la Réserve Mondiale de Biosphère de Martinique.  Elle est en charge de la co-animation de son Comité de gestion et des commissions de travail et de la coordination des activités de la Réserve Mondiale de Biosphère. Elle est l’interlocuteur des membres des réseaux de Réserve de Biosphère à l’échelle nationale, régionale et mondiale ».

Les membres du Conseil Administratif et du bureau ont été renouvelés pour deux années. La Présidente, Nathalie de POMPIGNAN, a été réélue pour ce mandat.

Quelles actions sont attendues pour 2022 ?

En parallèle de la mise en place effective de la gouvernance et du plan de gestion de la Réserve mondiale de Biosphère, deux projets majeurs vont voir le jour en 2022 : un forum des jeunes des Réserves de Biosphère de la Caraïbe, et un réseau d’acteurs engagés sur le territoire.

Un important acteur économique du territoire s’est d’ores et déjà engagé à nos côtés : le Crédit Agricole Martinique-Guyane, dans le cadre d’un partenariat dynamique et prometteur pour valoriser la Martinique :

« La démarche de ce titre mondial vise à valoriser l’ensemble de nos Patrimoines. Nous la soutenons depuis ses débuts, aux côtés d’autres entreprises de la Martinique. Ensuite, une telle démarche ressemble beaucoup à celles que nous pratiquons au Crédit Agricole avec nos Administratrices et Administrateurs. C’est une démarche basée sur la responsabilité, en proximité des Femmes et des Hommes du Territoire, qui veulent aller de l’avant et dépasser les tensions de la société ». Alex ROSETTE, Président du Crédit Agricole Martinique-Guyane

La Martinique désignée Réserve mondiale de Biosphère, et maintenant ?

Après la reconnaissance de l’UNESCO attribuée à la Martinique, le 15 septembre 2021, il s’agit, désormais et pour les mois à venir, de mettre en place la gouvernance de la Réserve mondiale de Biosphère.

Le titre de Réserve mondiale de Biosphère engage en effet la Martinique, à l’échelle du monde, dans une démarche de développement soutenable et de préservation, de valorisation et de promotion de ses atouts naturels, culturels et de ses savoir-faire. Éducation à l’environnement et recherche scientifique sont également des domaines majeurs d’interventions.

Aussi, un Comité de gestion sera constitué, dont la présidence devrait être bicéphale :

  • Associative : Association Martinique Réserve de Biosphère
  • Institutionnelle : Collectivité Territoriale de Martinique

Il sera composé d’une trentaine de membres, désignés en fonction de leurs compétences dans le domaine des axes de travail proposés par les habitants et rassemblera les parties prenantes du territoire : acteurs territoriaux, publics, institutionnels, socio-économiques, associatifs, …

Son rôle sera de suivre la bonne exécution des propositions formulées par les habitants.
Le Comité de gestion sera assisté d’un conseil scientifique et d’un collège des gestionnaires des aires protégées, formé  de représentants du Parc Naturel Marin, du Parc Naturel Régional et de l’Office National des Forêts.

De plus, cinq commissions seront établies afin de mettre en œuvre les recommandations exposées par les participants lors des 34 réunions publiques territoriales de co-construction de la candidature.

Elles réuniront chacune une dizaine de membres concernés par les thématiques correspondant aux 5 axes de travail mis en avant par la population. Les grandes lignes en sont les suivantes :

  1. Préservation, protection, et valorisation de la biodiversité et des ressources naturelles : améliorer la qualité de l’eau, sécuriser la ressource en eau, préserver la biodiversité, restaurer les écosystèmes mentionnés (berge des rivières, mangroves).
  2. Réappropriation de l’identité culturelle du territoire : valoriser la culture martiniquaise et développer les activités culturelles, transmettre les savoirs et savoir-faire traditionnels, mettre en avant les artistes locaux, valoriser les sites culturels et le patrimoine bâti.
  1. Promotion d’activités engagées vers le développement soutenable : souveraineté alimentaire, tourisme responsable, énergie et transport.
  1. Éducation à l’environnement : renforcer les interventions en milieu scolaire, renforcer les actions grand public, réduire déchets et rejets.
  1. Recherche scientifique : appuyer les recherches sur le chlordécone, valoriser les algues sargasses, s’adapter au changement climatique, développer la coopération caribéenne.

Reconnaissance UNESCO – La Martinique nommée Réserve mondiale de Biosphère : un grand merci pour notre péyi !

La Martinique toute entière se hisse sur la scène mondiale.

 

Que soient remerciés très chaleureusement tous ceux qui ont porté collectivement cette ambition et qui ont participé à la co-construction de la candidature de la Martinique :

la population, les acteurs publics et privés, les partenaires de l’association, les adhérents et les donateurs, les photographes et vidéastes qui ont magnifiquement illustré cette candidature, les membres fondateurs, ainsi que l’équipe de coordination du dossier de candidature et le bureau exécutif de l’association qui a œuvré sans relâche et avec détermination  à l’obtention de ce titre mondial.

 

C’est une fierté pour tout notre territoire.

 

Nathalie de Pompignan

Présidente de l’Association Martinique Réserve de Biosphère


Photos : Mercredi 15 septembre 2021, en direct de la session annuelle du Comité International du Programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB – Man and Biosphere) de l’UNESCO qui s’est tenue à Abuja (Nigéria).

La Martinique désignée Réserve mondiale de Biosphère

Communiqué de Presse : Reconnaissance internationale de l’UNESCO.docx

 

C’est avec une immense joie et fierté que nous accueillons la désignation de la Martinique en qualité de Réserve mondiale de Biosphère. Le Comité International du programme Homme et Biosphère de l’UNESCO, réuni du 13 au 17 septembre à Abuja (Nigeria), a validé les nouvelles Réserves de biosphère à travers le globe. La Martinique a obtenu cette reconnaissance pour l’ensemble de son territoire terrestre et marin. Celle-ci est l’aboutissement du travail mené par l’Association Martinique Réserve de Biosphère durant 4 ans, depuis sa création en juin 2017. La qualité des travaux et la participation active de la population à la procédure de candidature ont été saluées par le jury.

Une Réserve de Biosphère pour mettre en place un développement soutenable

Le programme Homme et Biosphère de l’UNESCO a été créé en 1971 pour promouvoir des territoires engagés dans une démarche de développement économique et social soutenable tout en préservant leurs richesses naturelles et culturelles locales.
Une Réserve de Biosphère n’impose aucune réglementation et ne s’appuie sur aucun pouvoir réglementaire. Elle émane d’une volonté locale et se caractérise par une démarche de co-construction de la candidature du territoire par ses habitants.
La Martinique intègre désormais un réseau de coopération mondiale, régionale et nationale, avec plus de 700 territoires Réserves de Biosphère dans 131 pays.

La Martinique, un modèle de concertation avec la population

L’association Martinique Réserve de Biosphère est allée à la rencontre des autorités locales et des habitants des 34 communes, de septembre 2018 à octobre 2019. 34 réunions publiques de co-construction du dossier de candidature, au cours desquelles 4500 personnes se sont exprimées lors d’ateliers consacrés à 4 thématiques :
– Préservation et valorisation des richesses naturelles
– Préservation et valorisation des richesses culturelles
– Développement et valorisation des savoir-faire, produits et services en lien avec un développement soutenable
– Promotion de la recherche scientifique et de l’éducation à l’environnement.
Forte des atouts du territoire mis en avant par la population et de leurs propositions d’actions, l’association a constitué le dossier de candidature.

Une reconnaissance mondiale, levier de développement économique et social soutenable et outil puissant de communication

Cette désignation permet à l’ensemble de la Martinique d’être valorisée sur la scène internationale, d’accroître son attractivité et sa visibilité touristique, de bénéficier ainsi de retombées économiques et sociales et de coopérer avec des pays faisant face aux mêmes défis, à l’échelle mondiale, régionale et nationale.

La démarche de candidature de la Martinique illustre la détermination et l’engagement des Martiniquais.

Elle a été menée à bien grâce aux talents et à l’implication de tous. Elle témoigne de leur volonté de participer à la mise en place d’une ambition collective, fondée sur un développement économique et social soutenable du territoire et sur la préservation de ses richesses naturelles et culturelles.

L’association Martinique Réserve de Biosphère remercie chaleureusement toutes les personnes ayant participé et soutenu cette candidature sur l’ensemble du territoire.

Nathalie de POMPIGNAN
Présidente
Association Martinique Réserve de Biosphère
martiniquebiosphere@gmail.com
https://martinique-biosphere.fr/

SUIVEZ EN DIRECT LA DÉSIGNATION DE LA MARTINIQUE PAR L’UNESCO

Mercredi 15 septembre 2021 : Suivez en direct la 33ème session du Conseil International de Coordination du Programme sur l’Homme et la Biosphère de l’UNESCO.

Ou suivez-nous en direct du Facebook Martinique Biosphère : https://www.facebook.com/martiniquebiosphere 

C’est le Conseil international de coordination du Programme sur l’Homme et la Biosphère de l’UNESCO qui décide chaque année de l’inclusion de nouvelles Réserves de Biosphère dans le réseau mondial. Il est composé de 34 États membres, élus par la conférence générale de l’UNESCO.

Le dossier de candidature de la Martinique a été remis en mai 2020, par l’association Martinique Réserve de Biosphère, au Comité français du Programme sur l’Homme et la Biosphère. Il l’a validé en septembre 2020 et transmis officiellement à l’UNESCO. Début mars 2021, ce dossier était examiné par le Comité consultatif international des Réserves de Biosphère, qui a recommandé l’approbation de notre territoire en tant que Réserve de Biosphère.

 

 

La Martinique bientôt Réserve mondiale de Biosphère !

La Martinique, et sa candidature au titre de Réserve mondiale de Biosphère, a fait l’objet d’un article dans Le Mag Effet de Style, magazine digital et gratuit, dédié au voyage et à l’art de vivre.

Cliquez pour découvrir l’article.

La Martinique dans l’attente du titre mondial de Réserve de Biosphère

En 2017, l’Association Martinique Réserve de Biosphère, a initié, avec l’appui des acteurs territoriaux, la procédure de candidature de la Martinique au titre mondial de Réserve de Biosphère, attribué par le Programme Homme et Biosphère (Man And Biosphere – MAB) de l’UNESCO.

Le Programme Homme et Biosphère (MAB) rassemble des territoires engagés dans une démarche de développement économique et social soutenable, associée à la préservation de leurs richesses naturelles et culturelles. Il est un des plus anciens et des plus importants de l’UNESCO et constitue depuis 1971 un réseau de coopération mondiale (714 territoires Réserves de Biosphère dans 129 pays), régionale (14 Réserves de Biosphère dans 8 pays de la Caraïbe) et nationale (14 Réserves de Biosphère en France dont 2 ultra-marines, la Guadeloupe et la Polynésie).

La procédure de candidature repose sur une démarche participative et la constitution du dossier par les Martiniquais a fait l’objet des étapes suivantes :

• De septembre 2018 à octobre 2019, des réunions publiques d’information et de co-construction de la candidature avec délibérations, se sont tenues dans chacune des 34 communes de Martinique en présence des Maires, des élus municipaux et des habitants. Tous se sont impliqués dans des ateliers de travail autour de 4 thématiques : 1 – Richesses naturelles, 2 – Richesses culturelles, 3 – Savoir-faire, produits et services engagés en faveur d’un développement soutenable, 4 – Recherche scientifique et éducation à l’environnement.
• Le 12 décembre 2019, une réunion de synthèse des propositions d’actions formulées par les habitants a été organisée aux fins d’information de l’ensemble des acteurs publics et privés du territoire. Ont été conviés les représentants du monde associatif, économique, académique, scientifique et religieux, les autorités territoriales et l’État.
• En mai 2020, le dossier de candidature a été remis au Comité français du Programme Homme et Biosphère de l’UNESCO. Ce Comité l’a validé en septembre et transmis officiellement à l’UNESCO, où il a été examiné fin mars 2021, par les experts du Conseil International du Programme Homme et Biosphère.

En raison de la crise pandémique actuelle, la 33ème session du Conseil International de Coordination du Programme MAB (CIC-MAB) qui devait se tenir en juin au Nigéria sera reportée en septembre 2021.
Si l’avis des experts internationaux a été favorable, le CIC-MAB validera à cette occasion la candidature de la Martinique et l’inclusion de nouvelles Réserves de Biosphère dans le réseau mondial.

C’est avec une grande confiance dans la qualité et la richesse du dossier de candidature de l’ensemble du territoire que nous restons dans l’attente de cette décision.

Rencontre avec le Président du Parc Naturel Marin de Martinique, M. Olivier MARIE-REINE

Nathalie de POMPIGNAN, Présidente de l’Association, et Jean-Paul JOUANELLE, Vice-Président, ont rencontré M. Olivier MARIE-REINE afin de lui présenter la démarche de l’association au titre mondial de Réserve de Biosphère, attribué par l’UNESCO.
 
Ils ont pu ainsi exposer l’objet et l’historique de l’association ainsi que la démarche participative et ses étapes jusqu’à la constitution du dossier de candidature de la Martinique. Les Martiniquais (plus de 3.500 personnes ayant participé aux 34 réunions territoriales publiques) ont en effet construit ce dossier sur la base des nombreux atouts de nos communes et de notre île qu’ils ont distingués et des propositions d’actions qu’ils ont formulées autour des thématiques des Réserves de Biosphère: richesses naturelles, richesses culturelles, savoir-faire, produits et services engagés en faveur d’un développement soutenable , éducation à l’environnement et recherche scientifique. Des propositions qui sont en totale adéquation avec les orientations de gestion du Parc Naturel Marin.
 
L’association a ainsi réitéré son souhait de présenter la démarche de candidature de la Martinique au Conseil de Gestion du Parc Naturel Marin. A cet effet, le Président MARIE-REINE l’a donc conviée à participer au prochain conseil de gestion qui aura lieu en janvier 2021.

Rencontre avec le Président du Parc Naturel Régional, M. Denis LOUIS-RÉGIS

La Présidente de l’Association, Nathalie de POMPIGNAN et les Vice-Présidents, Karine ROY-CAMILLE NICOLAS-ETIENNE et Jean-Paul JOUANELLE  ont été conviés à une réunion au siège du Parc Naturel en présence du Président du Parc, Denis LOUIS-RÉGIS et du directeur, Maurice VEILLEUR.

Il s’agissait de présenter leurs démarches respectives de labellisation mondiale auprès de l’UNESCO.  C’est donc tout naturellement que la triple démarche de la Martinique auprès de cette organisation a été abordée.

Depuis 1976, les missions du Parc Naturel Régional sont de protéger et valoriser le patrimoine naturel et culturel sur un territoire  couvrant les 2/3 de la superficie de notre île. Cet acteur majeur est engagé dans une candidature  au titre du Patrimoine Mondial pour 2 sites du territoire : les volcans et forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord. Il s’agit, dans ce cadre, d’assurer ou de renforcer la protection d’un bien dont la valeur universelle et exceptionnelle est reconnue.

Deux autres reconnaissances mondiales sont en cours:

L’une au titre de Patrimoine culturel immatériel pour la Yole ronde. Il s’agit de sauvegarder des savoir-faire particuliers en vue de reconnaître une pratique culturelle immatérielle spécifique.

L’autre au titre de Réserve de Biosphère: l’objectif est là d’associer tous les acteurs de la Martinique à une démarche de développement responsable et soutenable et de valorisation des richesses naturelles et culturelles du territoire.

Ces trois candidatures prestigieuses servent des objectifs différents et complémentaires. Elles s’enrichissent, se complètent et se renforcent mutuellement pour servir le développement et l’attractivité de notre île et permettent d’attirer vers elle les projecteurs de l’UNESCO. Des projecteurs mondiaux. L’association appuie et soutient très vivement les démarches du Parc Naturel Régional et de la Yole ronde. Cette triple démarche de la Martinique à une reconnaissance mondiale auprès de l’UNESCO est une chance à saisir pour notre territoire, et Martinique Réserve de Biosphère ne peut que s’en réjouir.

Le dossier de candidature de la Martinique entre les mains du Comité International du Programme Homme et Biosphère (MAB-Man And Biosphere) de l’UNESCO.

Après avoir validé en septembre le dossier de candidature de la Martinique, le Comité français du Programme Homme et Biosphère (MAB) de l’UNESCO a officiellement transmis le mois dernier le dossier de candidature de la Martinique à l’UNESCO . Si l’avis du comité international d’experts est favorable, l’UNESCO pourrait  valider la candidature de la Martinique en juin prochain, à condition que les problématiques liées au covid-19 ne retardent pas ce délai. La Martinique a toutes ses chances de rentrer dans le large réseau international des territoires « Réserves de Biosphère » en 2021 !

L’UNESCO communiquera alors la liste des nouvelles « Réserves de Biopshère  » sur l’ensemble de ses outils de communication (site internet, réseaux sociaux, bulletin d’information) et ce sera la première phase de mise en valeur de notre île sur la scène internationale.

L’association s’attachera à partir de cette étape à renforcer la transversalité des actions menées sur le territoire autour des enjeux de développement économique et social durable, ainsi que de préservation de la biodiversité exceptionnelle et de la richesse culturelle de l’île. Ce travail s’accomplira en coopération avec les acteurs publics et privés du territoire  et dans le respect des propositions définies par les Martiniquais lors des réunions de co-construction de la candidature dans les 34 communes de l’île.

La Martinique,  Réserve de Biosphère,  bénéficiera aussi de l’expérience des membres du réseau national, régional et international, pour mener à bien ses missions. En cette année 2020, le réseau caribéen s’est d’ailleurs agrandi: le Nord-Est de Tobago a été reconnu Réserve de Biosphère. La Caraïbe rassemble ainsi 14 territoires Réserves de Biosphère dans 8 pays.